Bien Vu Juin 2018 Nº 268 - Copyright Juillet - Août 2018

Après le RAC 0, le 100 % santé

Avec la signature du protocole d’accord entre le Rof, le Synom et le ministère de la Santé, et la publication mi-juin de 2 avis de projets concernant les 2 nouvelles nomenclatures, la première séquence du calendrier de la réforme, désormais rebaptisée 100 % santé, se termine. La promesse électorale du candidat Macron a donc été tenue et officialisée par le président lui-même le 13 juin dernier, lors du Congrès de la Mutualité française. Et la profession s’en sort plutôt bien par rapport à l’avis de projet initial publié en avril qui pouvait signifier son coup de grâce. Le pire a donc été évité, concernant les conditions de renouvellement anticipé, la primo-ordonnance, le plafonnement de remboursement des montures qui est finalement fixé à 100 €. Avancée significative, la prestation d’examen de vue est reconnue, cotée et remboursée. Etape cruciale dans la reconnaissance de l’opticien de santé et de son rôle dans un meilleur accès aux soins. Mais nous n’en sommes qu’à la mi-temps. Restent les chantiers majeurs de réingénierie de la profession, de réforme de la formation, de l’implication des opticiens à des opérations de dépistage et de prévention. Reste encore le futur PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) qui définira à l’automne prochain les dispositions nécessaires à la mise en œuvre de la réforme et les décisions quant aux nouveaux contrats responsables. Reste surtout la mise en place de ce 100 % santé à partir du 1er janvier 2020. Le gouvernement s’est engagé à un suivi de ses impacts, sur les tarifs des équipements et les contrats des Ocam “pour réguler son application en fonction des dérives”, a précisé le ministère. Certes, avec le plafonnement des remboursements montures à 100 € et le poids du segment RAC 0, le marché sera structurellement déclinant. Pourtant, tant qu’on ne saura pas combien de consommateurs auront recours au panier RAC 0 ou ne souhaiteront pas rajouter un reste à charge pour leurs montures au-delà de 100 €, il est prématuré de se prononcer. “Tout dépendra de l’envie des Français et de leur adhésion à l’offre proposée”, a reconnu la ministre Agnès Buzyn, lors de la signature du protocole, qui table sur 20 à 30 % des consommateurs. Mais le devenir de cette réforme dépend principalement de vous. Et désormais, vous avez les cartes en main pour préparer l’avenir. Vous avez 18 mois pour réagir et vous adapter aux nouvelles règles, peaufiner votre stratégie, préparer vos achats, vous former à la réfraction, travailler vos argumentaires sur les verres et les montures. En un mot vous recentrer sur les 2 piliers de votre métier, réfraction et vente. Une nouvelle ère s’ouvre. Elle impose à tous de modifier ses habitudes de travail, tâche souvent plus complexe qu’il n’y paraît, pour envisager l’avenir d’un nouvel œil.

Marie-Dominique Gasnier

Important : Ce site utilise la technologie ASP, vous devez accepter l'utilisation des cookies

Pour toutes questions ou remarques propos de ce site, Veuillez envoyer un email au Webmaster
Bien Vu 120 avenue du Gnral Leclerc 75014 Paris - 01 44 16 74 00
Copyright © 1996 - 2018 Bien Vu