Bien Vu Novembre 2017 Nº 260 - Copyright Novembre 2017

Une occasion à ne surtout pas manquer !

Le rapport de l’Igas sur les réseaux de soins, tant attendu, est paru… Et ses conclusions sont une bonne nouvelle pour l’ensemble de la profession, comme en témoignent les réactions des différents syndicats et instances professionnelles. En effet, si elle reconnaît l’effet indéniable des réseaux de soins sur la baisse de prix au bénéfice des consommateurs et la réduction du reste à charge pour leurs assurés, l’Inspection ne donne pas un blanc-seing aux plateformes. Bien au contraire. Les réseaux de soins ont-ils un impact sur les dépenses de santé ? A cet argument martelé depuis des lustres par les réseaux, l’Igas se réserve de toute réponse, faute de données suffisantes. Mais surtout, elle pointe du doigt le déséquilibre de la relation entre réseaux de soins et opticiens : elle ne s’appuie pas sur une négociation, n’est soumise à aucun contrôle ni aucun contre-pouvoir. En un mot, le rapport sous-entend que les pouvoirs publics ont abandonné le rôle de régulateur des marchés de santé à des grands acteurs économiques. Et appelle à un rééquilibrage nécessaire et de nouvelles règles du jeu. L’agenda de la publication de ce rapport, qui a été remis en juin dernier, est probablement tout sauf un hasard, alors même que la ministre de la Santé a annoncé fin octobre “l’ouverture des négociations en vue d’un reste à charge zéro début novembre avec les professionnels de l’optique”. Ne ratons pas cette opportunité pour influer sur les décisions à venir. Mais il faut que chacun se mobilise et que tous sachent mettre de côté les stratégies de positionnement sur le marché pour promouvoir un intérêt commun. Une étape a été franchie lors du dernier Silmo avec l’annonce de la fusion entre Snor (Syndicat national des opticiens réunis) et Udo (Union des opticiens) au sein d’un nouveau syndicat, le Rof (Rassemblement des opticiens de France), ouvert à tous les opticiens, sous enseigne ou indépendants. Début novembre a lieu le congrès de la Fnof. Faute d’être totalement réunie, la profession arrivera en tout cas à la table des négociations au ministère avec 2 projets et 2 visions cohérentes, sur les principaux enjeux d’avenir, devis, formation, etc. Et espérons que cette fois-ci, elle saura se faire entendre.

Marie-Dominique Gasnier

Important : Ce site utilise la technologie ASP, vous devez accepter l'utilisation des cookies

Pour toutes questions ou remarques propos de ce site, Veuillez envoyer un email au Webmaster
Bien Vu 120 avenue du Gnral Leclerc 75014 Paris - 01 44 16 74 00
Copyright © 1996 - 2017 Bien Vu